OBJECTIF POUR L’EAU

Cet objectif soutient l’ODD suivant :

Objectif de développement durable des Nations Unies

Toyota Motor North America (TMNA) avait l’objectif suivant en matière d’EAU pour les exercices 2017 à 2021 :

Défi de conservation de l’eau :

Donner la priorité aux installations situées dans des zones soumises à un stress hydrique et mettre en œuvre des plans de gestion de l’eau (partiellement atteint)

TMNA utilise l’outil AqueductMC du World Resources Institute (WRI) pour évaluer le stress hydrique. Le cœur d’Aqueduct est le Water Risk Atlas (Atlas des risques pour l’eau), qui combine 13 indicateurs qui couvrent les aspects quantité, qualité et de réputation associés au risque pour créer un indice composé général de risque. Notre analyse est basée sur la version actuelle de l’Atlas (version 3.0, publiée en 2019).

Les sites nord-américains de Toyota ont été cartographiés, dont des usines de fabrication, centres de R et D, centres de distribution de véhicules et de pièces, centres de formation du service et bureaux. Les sites ont ensuite été classés en fonction de leur indice général de risque. Selon Water Risk Atlas, 10 des sites nord-américains de Toyota ont été classés à un niveau de risque « élevé » et deux à un niveau de risque « extrêmement élevé ».

Au cours de l’exercice financier 2021, ces 10 sites comptaient pour 8 % de l’eau prélevée par Toyota en Amérique du Nord. Nous avons priorisé deux sites – l’usine d’assemblage en Basse-Californie et un bureau régional sur la côte ouest – pour piloter des plans de gestion de l’eau. Malgré les perturbations causées par la pandémie de COVID-19, nous avons poursuivi notre planification et nous commencerons à élaborer le programme de gestion de l’eau de l’usine d’assemblage au cours de l’exercice 2022. Un plan pour le bureau régional suivra. Les plans de gestion de l’eau porteront sur la conservation de l’eau (y compris les cibles de réduction potentiellement absolue pour l’utilisation de l’eau), la qualité de l’eau et les activités de sensibilisation auprès des fournisseurs et des communautés locales.

À partir de l’exercice 2022, nous aurons un nouvel objectif quinquennal visant à réduire la consommation d’eau de 3 % par unité de production de véhicules. Cet objectif nous fait avancer sur la voie de la réalisation du défi de conservation de l’eau pour 2050.

Cette carte a été produite à partir des données de l’Atlas des risques pour l’eau AqueductMC 3.0 du WRI. Nous avons cartographié plus de 100 sites nord-américains de Toyota, dont des usines de fabrication, centres de R et D, centres de distribution de véhicules et de pièces, centres de formation du service et bureaux. Seuls les sites situés dans des zones à risque « élevé » et « extrêmement élevé » de stress hydrique global sont présentés ici. Les cercles avec un nombre à l’intérieur indiquent plusieurs installations de ce type; la carte est trop petite pour montrer chaque site dans cette zone.

CONSERVATION DE L’EAU

Pendant l’exercice 2021, Toyota a prélevé 1,5 milliard de gallons d’eau dans nos installations nord-américaines, dont des usines de fabrication, centres de R et D, centres de distribution de véhicules et de pièces, centres de formation du service et bureaux. Il s’agit d’une réduction de 14 % par rapport aux niveaux de l’exercice 2020, principalement en raison d’une diminution de la production de véhicules pendant la pandémie de COVID-19.

Malgré les défis posés par la pandémie, les sites de la région ont continué à trouver des moyens d’utiliser moins d’eau. Par exemple, lorsque les véhicules entrent dans l’un de nos ateliers de peinture, ils doivent être dégraissés et rincés à fond avant d’être peints. Ces étapes nécessitent des quantités importantes d’eau de qualité élevée. L’usine d’assemblage de Toyota de la Basse-Californie, au Mexique, est passée de l’utilisation d’eau douce pendant les étapes de dégraissage à l’utilisation d’eau recyclée provenant du système d’osmose inverse existant de l’usine, qui est filtrée pour répondre aux normes de production et réduit la consommation annuelle d’eau douce de près de 309 000 gallons.

Dans l’usine de fabrication de Toyota à Cambridge, en Ontario, l’atelier de soudage utilise de l’eau pour refroidir les équipements de soudage. L’ancien système de contrôle de la température maintenait l’eau de refroidissement à une température constante. L’installation d’un système de contrôle automatique, qui gère la température de l’eau de refroidissement en fonction des conditions météorologiques et de la période de l’année, a permis de réaliser des économies annuelles estimées à 385 000 gallons d’eau, soit une réduction de 34 % de la consommation d’eau de l’atelier de soudure. En plus d’économiser l’eau, ce projet a également permis de réduire de 25 % la quantité de produits chimiques nécessaires au traitement de l’eau.

Voir la section “Eau” dans le chapitre Performance pour des données plus détaillées sur l’eau.

INNOVATION : UTILISATION D’EAU RECYCLÉE LORS DU PRÉTRAITEMENT DES PEINTURES

EAU

Ce projet soutient l’ODD suivant :

Objectif de développement durable des Nations Unies

Dans l’usine Toyota de l’Indiana, une extension des installations signifie que l’usine aura besoin de plus d’eau pour peindre le nombre croissant de véhicules assemblés. L’infrastructure existante de l’usine ne permet pas de transporter davantage d’eau. Les membres de l’équipe ont donc cherché des moyens novateurs de la conserver.

Une possibilité d’économie d’eau a été trouvée dans l’atelier de peinture de la partie Est de l’usine, qui utilise près de la moitié – 48 % – de toute l’eau utilisée sur le site. Avant de pouvoir peindre la carrosserie d’un véhicule soudé, des jets d’eau sont utilisés au cours d’un processus de prétraitement en trois étapes qui permet de dégraisser et d’éliminer la saleté, de rincer et d’appliquer une couche de base anticorrosion. Si la surface de la carrosserie du véhicule n’est pas propre, des défauts de peinture peuvent apparaître.

De nouveaux modules de microfiltration ont été ajoutés pour permettre aux flux d’eaux usées de passer en cascade d’une étape de prétraitement à la suivante, éliminant ainsi la nécessité d’introduire de l’eau fraîche à chaque étape. La consommation d’eau douce pendant le prétraitement a été réduite de 75 %, et le nouveau procédé nettoie si bien les carrosseries des véhicules que les défauts de peinture sont moins nombreux.

L’écoulement de ces flux d’eau permet d’économiser environ 54,3 millions de gallons d’eau douce par an. Cela correspond à la quantité nécessaire pour alimenter tout l’État de l’Indiana en eau potable pendant un mois.

Cette innovation est une partie de la solution aux problèmes de capacité en eau de l’usine. Des activités supplémentaires devraient permettre d’améliorer encore plus la question de la capacité en eau.

PROTECTION DES RESSOURCES HYDRIQUES

La qualité de l’eau constitue une autre composante essentielle de l’approche de la gestion de l’eau de Toyota. Certains de nos sites évacuent des eaux usées, et nous surveillons et traitons ces rejets pour répondre aux réglementations locales, aux règlements fédéraux ou d’État, et ainsi veiller à ne pas provoquer d’effets négatifs sur les plans d’eau. En réalité, Toyota exige, dans le cadre de notre système amélioré de gestion de l’environnement, que tous ses sites de fabrication restent en dessous des limites d’évacuation d’eaux usées permises de 20 % en moyenne.

SENSIBILISATION DES COMMUNAUTÉS AU SUJET DE L’EAU

Toyota soutient les efforts communautaires pour éduquer les personnes et les familles en matière de conservation de l’eau, ainsi que pour les sensibiliser à l’importance de la protection des ressources en eau. Ces activités contribuent à intensifier les efforts de conservation et à obtenir des résultats positifs encore plus percutants.

Pour la dixième année consécutive, la Fondation Wyland et Toyota ont décerné le National Mayor’s Challenge for Water Conservation. La campagne, qui s’est tenue en avril 2021, a encouragé les habitants de toute l’Amérique à apporter de petits changements dans leur vie pour mieux gérer nos ressources en eau et améliorer la santé de nos océans, lacs, rivières, ruisseaux et zones humides. Pour plus d’informations sur cette campagne, voir « Wyland Foundation ».

SUBVENTION D’IMPACT DU CONSEIL DU BASSIN HYDROGRAPHIQUE DE LA RIVIÈRE HURON

EAU

Ce projet soutient l’ODD suivant :

Objectif de développement durable des Nations Unies

À l’occasion de sa campagne Drive4Five, Toyota a attribué une subvention d’impact au Huron River Watershed Council (HRWC) aux fins de mise en place d’une formation aux sciences de l’environnement, à la technologie, à l’ingénierie et aux mathématiques (STEM), grâce à un apprentissage pratique basé sur le poste occupé. Au cours des années scolaires 2019-2020 et 2020-2021, plus de 1 000 élèves de la quatrième à la douzième année d’une douzaine d’écoles différentes, principalement dans les districts scolaires d’Ann Arbor et d’Ypsilanti dans le Michigan, ont participé au programme d’éducation Streamside du HRWC, une série de leçons sur l’écologie des cours d’eau. Les élèves ont étudié les caractéristiques physiques du lit et des berges du cours d’eau et ont mesuré les paramètres de qualité de l’eau, tels que la température, la conductivité et la turbidité. Ils ont également appris comment collecter et identifier les insectes aquatiques, ce que ces organismes révèlent sur la santé des cours d’eau et comment leurs adaptations physiques leur permettent de vivre dans des systèmes aquatiques dynamiques.

Au début de l’année scolaire 2020-2021, il est apparu que de nombreux enseignants avaient du mal à fournir du contenu virtuel et hybride (virtuel et en personne) à leurs élèves. Grâce au financement de Toyota, l’équipe éducative STEM du HRWC a travaillé avec certains de ces enseignants pour créer du contenu virtuel, notamment des vidéos, des affiches et des pages pour les étudiants expliquant comment tester les paramètres de qualité de l’eau et ce que ces paramètres signifient pour la santé d’un cours d’eau.

Comme l’a fait remarquer un parent, le programme d’écologie virtuelle en bordure de rivière a été le point fort de l’année de son enfant en quatrième année. Sa classe des écoles communautaires de Dexter a découvert Mill Creek (un affluent de la rivière Huron), étudié la pollution des eaux de ruissellement, élevé des truites pour les relâcher dans la rivière et appris à fabriquer des mouches pour la pêche à la mouche. « Avant la pandémie, les élèves de Dexter se rendaient chaque semaine à Mill Creek et étudiaient la nature, l’art, la recherche et la réflexion personnelle, ce qui les enrichissait en tant qu’observateurs réfléchis en plein air. Ensuite, l’année 2020 a radicalement changé notre façon d’aborder l’éducation. Le HRWC a réagi en adaptant ses sorties en proposant des alternatives sûres en période de pandémie. Nous remercions HRWC pour le soutien offert à nos élèves et à nos enseignants, ainsi que pour son travail continu en vue de revaloriser Mill Creek et la rivière Huron », a expliqué M. Barnes, un enseignant des Dexter Community Schools.

Le HRWC a complété sa programmation virtuelle par une campagne « Faites-le vous-même », afin de donner aux étudiants et à d’autres personnes l’occasion de mener des activités de gestion sur les voies navigables et dans les parcs locaux. Grâce au financement de Toyota et aux médias sociaux, le HRWC a créé et promu des vidéos et des listes de contrôle pour encourager les amoureux de la rivière à effectuer leurs propres nettoyages. Des nettoyages supplémentaires sur le terrain, comme dans les parcs et les quartiers, ont également été promus afin d’accroître l’accessibilité de la campagne « Faites-le vous-même ».

Un récent diplômé du Dexter High School, Tony Golin, s’est beaucoup impliqué dans le nettoyage de la rivière. Il a fait venir sa famille ainsi que ses coéquipiers de water‑polo pour aider à nettoyer une section de la rivière Huron juste en dessous de Dexter. L’idée de Tony de plonger pour ramasser les déchets de la rivière – un talent spécialisé que lui et ses coéquipiers partagent – était une méthode unique pour collecter les déchets au fond du lit de la rivière. Tony a effectué plus de 450 heures de travail, et sa famille et ses coéquipiers ont effectué au moins 200 heures supplémentaires. Non seulement Tony a contribué de manière significative au nettoyage de la rivière, mais il a également aidé à créer davantage de liens entre le HRWC et le système scolaire de Dexter.

Grâce à Tony Golin et à ses coéquipiers de water-polo, les plongées de nettoyage sont devenues plus courantes. Joe Spaly et son fils ont plongé à la recherche de déchets dans l’étang Barton, qui est la source d’eau potable de la ville d’Ann Arbor. Ils y ont trouvé des téléphones portables, des lunettes de soleil, des montres et d’autres objets divers.